La défense de l’estuaire de la Gironde pendant la Grande Guerre

Il y a un peu plus de cent ans, le 7 septembre 1915, le premier bateau victime d’un sous-marin allemand coulait à l’entrée de la Gironde. Son nom était prédestiné :  le Bordeaux. Il était le premier d’une longue liste qui se termine un mois avant l’armistice et cette hécatombe suscite chez les Français et leurs alliés la mise en place d’un système défensif sur terre, sur mer et dans les airs.

Même si elle est éloignée des grands champs de bataille, cette partie de l’Aquitaine contribue modestement à l’écriture du premier grand drame du XXe siècle.

La défense de l’estuaire  de la Gironde pendant la Grande Guerre
Jeanine Olivella
7,90 €

guerre-estuaire

Coups de feu – Patrice Mauget

Après un braquage sanglant en Gironde, les ravisseurs dans une cavale éperdue remontent vers la Pointe de grave. Tandis que se resserrent sur eux les mailles du filet tendu par les forces de l’ordre, les rescapés en proie à de violents conflits internes viennent se déchirer à Soulac-sur-Mer. L’une d’eux, une femme du pays est hantée par une histoire sordide. Meurtrie dans sa chair autant que dans son âme, la vengeance guide ses actes. Leïla, fragile et déterminée, est revenue dans le Médoc en finir avec son passé. Sur le front de mer, du Signal aux Arros, éclatent alors des coups de feu.

Sortie exclusive pour le salon du livre de Soulac – 16 et 17 mai

coups-de-feu

Coups de feu